Sperlonga aujourd’hui: un des plus beau village d’Italie…

Les conditions requises pour entrer dans le club des "plus beaux villages d’Italie" sont les suivants: l’intégrité de l’environnement urbain, l’harmonie architecturale, l’habitabilité du village, les qualités artistiques et historique du patrimoine public et privé, et les services proposés aux citadins.

Surplombant la mer Tyrrhénienne, à mi-chemin entre Rome et Naples, l’ancien village de Sperlonga est perché au sommet d’un éperon rocheux du Monte Magno. L’architecture est typiquement médiévale. En effet, le village n’a rien perdu de son aspect pittoresque et romantique, avec ses bâtiments blanchis à la chaux, ses petites arches qui forment des ouvertures dans les rues étroites, laissant ainsi entrevoir, de temps à autre, un petit aperçu du ciel ou de la mer, et sa place principale, le cœur du village.
L’icône de Sperlonga est Torre Truglia, construite sur une falaise à la pointe du promontoire en 1532, sur les fondations d’une construction romaine semblable; reconstruite en 1611, puis détruite en 1623, pour enfin réapparaitre au siècle d’après. les plages de Sperlonga s’ètendent sur environ 10 km et portent des noms singuliers: Bonifica, Salette, Canzatora, Fontana a Ponente. Derrière Torre Truglia, à l’est, se trouvent les plages di Angolo, Bazzano, et delle Bambole, sur laquelle figure la grotte du même nom. La plus ancienne église du village, dédiée à Santa Maria di Spelonca (XII ème siècle) est devenu, à ce jour, une accueillante salle de conférence.
A ne pas manquer, le musée archéologique national, construit en 1957 près de la grotte de Tibère, et des ruines de la villa impériale, qui comprend une nymphe et une grande ferme piscicole. Le musée rassemble les différentes statues, en plusieurs grands groupes, qui évoquent le mythe d’Ulysse. Les amoureux de la nature seront heureux de partir à la découverte des deux lacs de la région, également connus comme "les yeux" de Sperlonga : le lac circulaire de S. Puoto et Lago Lungo. La région est aussi idéale pour les sports en pleine nature: ski nautique, plongée, pêche, VTT, randonnées, escalade, tennis et équitation. La cuisine typique du coin propose de nombreux plats à base de poissons (anchois, sardines, poulpes, crabes, araignées de mer, crevettes, moules, palourdes et coques), de légumes (tomates, céleri blanc de Sperlonga, salades, et olives de Gaeta), et d’huile d’olives.

...hier

Des vestiges et traces de vie datant du Paléolithique supérieur ont été relevés dans la région. Selon la tradition, à la place de Sperlonga se tenait la ville d’Amyclae, fondée par les Spartiates.

A partir de l’époque romaine, de nombreuses villas sont apparues sur le territoire, dont la plus célèbre est celle ayant appartenue à l’Empereur Tibère, et qui comprend une grotte naturelle, modifiée et ornée de sculptures de l’époque du héros homérique, Ulysse. Les villas sont également des centres de production de l’industrie de la pêche (étangs d’élevages).
Les ruines de la villa impériale ont été utilisée comme un refuge au XI ème siècle, toutefois, c’est autour d’un château, sur le promontoire de San Magno (65 m) que la ville s’est développée, au sommet de la montagne Aurunci, à l’abri des attaques – venant de la mer – des sarrasins, et en prenant le nom des nombreuses cavités naturelles de la région, (Speluncae). Le nom de Castrum Speloncae apparait dans un document datant du X ème siècle, le château était composé d’une petite église dédiée à Saint Pierre, le saint patron des pécheurs. Puis, progressivement, le village s’est développé autour de ce château, en formant des cercles concentriques. Au XI ème siècle, la ville était entourée par des murs, comme en attestent les vestiges des deux portes : "Portella" ou "Porta Carrese" , et "Porta Marina" , qui sont décorées des armoiries de la famille Caetani.

La plage

Sperlonga est longtemps resté un petit village de pêcheurs, sans cesse sous la menace des pirates, qui venaient kidnapper et asservir ses habitants (comme le rappellent les peintures murales du village). Malgré la construction, pour mieux se protéger, d’une série de tours d’avertissement, la ville a été détruite en 1534 par une attaque du pirate sarrasin Khair ed Din, appelé Barberousse. Puis une seconde destruction, imputé cette fois aux Turcs, a eu lieu en 1622.
C’est au XVIII ème et XIX ème siècles, avec la reconstruction, que le village a pris sa forme actuelle ( dite en forme de "tortue"), et que des églises et des manoirs ont été érigés. Appartenant depuis deux siècles au Royaume de Naples, puis à celui des Deux-Siciles, Sperlonga était incluse dans l’ancienne province de Terra di Lavoro, et plus précisément dans la commune de Gaeta. Même après la défaite militaire de Francesco II di Borbone et l’annexion du Royaume des Deux-Siciles par le Royaume de Sardaigne, rebaptisè Royaume d’Italie à partir de 1861, Sperlonga a continué d’appartenir à cette province. En 1927, le régime fasciste, désireux de redécouper la région de Terra di Lavoro, a pris le territoire de la municipalité de Sperlonga, et l’a inséré dans la province de Rome, appartenant désormais à la région Lazio, et non a la nouvelle province naissante de Caserta (qui englobe une grande partie de l’ancienne Terra di Lavoro) et qui elle appartient à la région Campania. Depuis 1934, Sperlonga est attribuée à une nouvelle province, Latina (qui auparavant s’appelait Littoria).
Le développement, essentiellement basé sur le tourisme, a commencé après l’ouverture de la route côtière entre Terracina et Gaeta, inaugurée le 9 février 1958; c’est alors, qu’après plusieurs siècles d’isolement, le village est sorti peu à peu de la pauvreté extrême qui le caractérisait. La découverte des sculptures de l a villa de Tibère (1957), et l’arrivée d’un touriste d’exception, l’acteur Raf Vallone – premier étranger à tomber amoureux de l’endroit – ont également crée une forte impulsion de développement dans la région.